Catégories
chronique initiatique

Confinement, pour voyager en communauté

confinement

Confinement. Une promotion sur le roman un pays, une communauté.

Chronique de Marie

Ce roman est une très belle découverte, la couverture est attirante et l’histoire est encore mieux. On suit la vie de Laurent de son adolescence jusqu’à sa vie d’adulte et de père. Le résumé est très intrigant et on tombe dans un roman que l’on ne peut pas reposer. Il est très bien construit. Ma lecture a été fluide grâce à l’écriture de l’auteur qui est poétique et tous les mots sont bien choisis. Ce récit ne va pas vous laisser indifférent.

Mais encore?

On peut voir la souffrance de cet homme tout au long de sa vie, comme une sorte d’introspection. Les informations que l’on apprend au fur et à mesure de notre avancée rajoutent quelque chose d’encore plus intéressant à notre lecture. Avec le confinement, la Bretagne me manque, et j’ai été très heureuse de la retrouver dedans. Des souvenirs remontent tout au long de ce roman, j’ai encore plus aimé le lire. C’est un très beau roman, que je recommande énormément. Il est agréable à lire et j’espère que vous passerez un bon moment. C’est un véritable voyage que l’auteur vous propose. 

https://jlbecrit.ovh/un-pays-une-communaute-2/

Confinement : la jument reprend du service

Alterner la boulangerie et la traction animale: une bonne bouffée d’air et une bonne fatigue lors du déconfinement ; mais ô combien de joie. 

 
 
confinement et déconfinement
Alterner la boulangerie et la traction animale: une bonne bouffée d’air et une bonne fatigue; mais ô combien de joie. 

Confinement: extrait de l’arbre des réfugiés

Roman en recherche d’éditeur

Confinement dans un ferme: Country

Les salariés patientaient le souper dans le pailler garni de bottes, pressées par une des machines du domaine. Accompagné de sa guitare,un chanteur interprétait des airs inconnus des Russes mais appréciées de la majorité des employés. Ils les nommaient : « musique du bon vieux temps » ou « country ». Les chants venaient du grand Sud et ressemblaient à ceux entendus sur les postes de radio des quelques bistros où les Ouraliens s’étaient arrêtés. Intrigué par la dextérité du guitariste, rythmant sa voix traînante en de multiples accords, Mikhaïl se rapprocha du lui. Le musicien posa l’imposante caisse sur ses genoux du garçonnet, lequel frotta les cordes en imitant le timbre nasillard de son professeur. Soucieux que son garnement importune l’artiste, Ivan s’assit à ses côtés.

« Laisse-le faire, le rassura le chanteur. Mets-lui vite un instrument dans les mains ; il a la musique dans le sang. Plus il commencera jeune et plus il développera son talent. »

https://www.facebook.com/jlbecrit 

Imprimer cette page

Par jean-luc bremond

Je suis né en 1964. Depuis de nombreuses années, je vis avec ma famille dans une communauté axée sur la non-violence où j'exerce le métier de boulanger et de potier. Je joue de la musique et anime des ateliers de danse traditionnelle. C'est en marchant dans les grands espaces ventés du haut Languedoc que des histoires sont nées, nourries de la richesse de l’expérience communautaire. Romans de fictions, contemporaines ou historiques, sur la résistance des individus et des peuples pour conquérir la liberté.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *