Catégories
art Collectivité

Illustré sur les romans de Jean-Luc Bremond

Illustré de la méthode d’inspiration de mes romans Retour en liens sur chacun des romans

Illustré
 

Inspiration

Quelques photos de présentation de l’auteur de ce site.

Illustré : en route

Les idées viennent en marchant

Illustré inspirations

En dansant

 
 
 
Illustré danses
 

Illustré en tournant

 
Inspiration en tournant

En panifiant

 

 
Illustré boulangerie

Illustré : en enfournant

 
Illustré cuisson
 

 

poterie, four sèvre
 
« Il y a quelques années, alors que des difficultés s’accumulaient sur mon lieu d’activité, j’ai éprouvé le besoin d’exprimer par écrit ce que je ressentais. Les réflexions sont devenues des histoires et les récits des romans. Au rythme des pas dans des grands espaces sauvages, les thèmes et les scénarios se sont succédé. » https://lapetiteredac.com/2020/08/11/entrevue-litteraire-jean-luc-bremond-un-auteur-aux-multiples-facette/
L’écriture est venue sur le tard. L’engagement pour la justice et la paix, beaucoup plus tôt. Ce que je raconte vient de l’imaginaire, fécondé par des lectures, rencontres, voyages, vie proche de la nature, un intérêt précoce pour les peuples, leur histoire humaine, plus que celle des conflits armés. J’essaie de comprendre ce qui prédispose les hommes à choisir la guerre plutôt que l’entraide et le respect ; j’oppose au racisme, nationalisme, communautarisme, populisme, pacifisme, fondamentalisme (…), enfermant et détruisant pour le seul profit, les simples rapports des humains enclins à la créativité qui ouvre et construit. http://www.bla-bla-blog.com/archive/2018/10/03/rencontre-avec-un-alter-artiste.html

Les livres

Que représente la notion de parcours initiatique ?

« Dans un clan, c’est le parcours vers la vie d’adulte. Pour moi, c’est avant tout une quête vers l’authenticité, le respect et la liberté de choisir sa destinée. »

La révolution du klezmer

Le repas se poursuit en silence. Attila offre un verre de pálinka à son invité.
« J’ai tout de suite compris que tu étais violoniste, à ta façon de regarder les doigts et les bras des musiciens, à l’expression de ton corps aussi, comme s’il était un archet prêt à glisser sur toutes les mélodies qui se présentaient à lui. Tu as les mains nues, quand tu auras les pieds nus tu comprendras qu’il n’y a pas besoin d’instruments pour exprimer son talent. »Fiction historique sur la révolution d’un musicien

Le chant du tambour

Achachak s’arrêta de jouer, le vieil homme se tourna vers lui.
« Ici il n’y a plus de rivaux, seulement des frères unis par les sons de la terre, des corps anéantis, mais des âmes libres. Continue à jouer aigle courageux, ta médecine est bonne et forte. Tu es le seul parmi nous à avoir un tambour, tu vas accompagner nos prières, tu vas nous aider à garder le lien avec la Mère terre.Fiction sur la quête et la mission d’un amérindien

La voie de l’errance

Enseveli sous d’épaisses couvertures, Naranbaatar dormait devant un poêle noir délabré qui, du fait de l’absence de cheminée, dégageait autant de chaleur que de fumée. Depuis la veille au soir, il ne s’était pas réveillé. Le guérisseur invita Sukbataar et Kushi à prendre place à côté du blessé. Les adolescents s’assirent en lotus sur des coussins poussiéreux. Ils étaient très impressionnés. Sur les murs étaient accrochés des masques, des hochets et des tambours, tout l’attirail d’un chaman, tel celui du Gansu, le père de leur ami resté à Lhassa. Le guérisseur leur offrit du thé salé dans des timbales de cuivre, une boisson épaisse et grasse, très similaire à celle qu’on servait habituellement sous les yourtes. Il s’installa à son tour.Fiction sur les péripéties d’un Mongol

Un pays, une communauté

Laurent s’assit sur une roche, au bord d’un précipice vertigineux. Les monts ivoirins se dressaient devant lui tel un rempart aux regrets râpeux. Il pouvait entendre les cimes dentelées et opalines lui chanter : « nous sommes les sentinelles alpines du maintien de ton éveil à la liberté. Reste droit face à l’adversité, intrépide dans l’insécurité. Tu as fait le bon choix, car tu as appris à renoncer. »Fiction sur la traversée en communauté d’un artiste

Le choix de Firuze

Réunies dans une pièce éclairée de mille rayons du soleil, chantant en s’accompagnant du Oud et des percussions, elles apparaissaient à Firuze exactement comme elle se l’était imaginée. Jeunes ou vieilles, elles semblaient transfigurées, leur visage sans âge illuminé de l’émerveillement des chérubins. Nul cercle, plutôt un dispersement harmonieux. Une pause musicale avant de reprendre leurs activités. Alim travaillait au jardinet d’aromates et de fleurs. Firuze s’assit sur une marche menant à la cuisine commune. Comme s’il lui était destiné, un des chants pénétra ses sens et ses entrailles. Elle sentit le bébé suivre les vibrations de l’instrument à corde sonnant à proximité.Fiction sur un amour en orient soufi

!importan

 

 

Imprimer cette page

 

Par jean-luc bremond

Je suis né en 1964. Depuis de nombreuses années, je vis avec ma famille dans une communauté axée sur la non-violence où j'exerce le métier de boulanger et de potier. Je joue de la musique et anime des ateliers de danse traditionnelle. C'est en marchant dans les grands espaces ventés du haut Languedoc que des histoires sont nées, nourries de la richesse de l’expérience communautaire. Romans de fictions, contemporaines ou historiques, sur la résistance des individus et des peuples pour conquérir la liberté.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *